Le bain traditionnel amérindien : Le "sweat lodge"

Des thermes antiques jusqu’aux bains individuels utilisés de nos jours, le bain est une pratique qui a évolué et qui a traversé les siècles et les cultures. Dans chaque pays le bain n’a pas été approché de la même façon, souvent lieu de rituels et de cérémonies il n’a plus à faire ses preuves quant à ses vertus assainissantes et relaxantes. Découvrez à travers cet article, le « Sweat lodge » une tradition amérindienne.

L’ « Inipi » ou le « sweat lodge » 

Partons sur les terres d’Amérique à la découverte du bain amérindien, le « sweat lodge » qui est l’une des premières cérémonies de soin et de purification du monde. Entrer dans une Sweat lodge c’est se régénérer et purifier son esprit, la cérémonie de cette pratique s’appelle « Inipi » signifiant « naître encore ».

Mais qu’est ce que c’est ?

Le « sweat Lodge » ou « hutte à sudation » était utilisé par les indiens d’Amérique du Nord, les Sioux lakotas et leur permettait de se connecter avec les quatre éléments qui sont la terre, l’eau, le feu et l’air. Le « sweat lodge » est un lieu de bien-être où s’émane de la chaleur et où l’on se sent en sécurité. Sa forme arrondie se réfère au «Womb of Mother Earth » (utérus de la Terre Mère). C’est un lieu où l’âme est connectée avec la Terre Mère grâce à la vapeur dégagée par l’eau chauffée sur des pierres représentant les grands esprits. La chaleur s’émanant des pierres fait transpirer très rapidement les personnes à l’intérieur de la hutte. La hutte est en forme de dôme avec des branches de saules souples utilisées pour le squelette du sweat lodge. Il y a sept rangées de branches de saules représentant les sept directions. Une multitude de tapis, fourrure et couvertures recouvrent la hutte pour obtenir l’obscurité, chaque rayon de lumière doit être couvert.

La cérémonie

La cérémonie commence quand le chef de cérémonie choisit les pierres chauffées plusieurs heures avant le début de la cérémonie, il sélectionne 28 à 40 pierres. Des vêtements confortables sont portés dans la hutte. Les femmes portent des robes longues en coton et les hommes portent des shorts. Il est conseillé d’apporter de l’eau dans la hutte pour rester hydraté. Les participants entrent les uns derrière les autres dans le sens des aiguilles d’une montre à quatre pattes puis s’assoient en cercle et adressent des prières à leurs ancêtres. Une fois la cérémonie terminée le chef sort en premier, ensuite les femmes et les hommes et prononcent « Mitakuyé Oaysin » signifiant « nous sommes tous reliés ». Aujourd’hui cette pratique n’existe presque plus mais quelques curieux installent des huttes à sudation dans leurs jardins.

Les bienfaits

En entrant dans une hutte à sudation, les Sioux lakotas se purifiaient en éliminant les toxines grâce à la transpiration produite due à la chaleur. En faisant des recherches approfondies, on s’aperçoit que suer au sein de la hutte était une façon de se purifier l’esprit et le corps et d’être en parfaite accord avec la « Terre Mère ». Aujourd’hui le sauna et le hammam ont remplacé cette pratique ancestrale. Ce sont des lieux dédiés à la relaxation et éliminant toutes toxines.

Dans la même catégorie