Obsolescence programmée des matériels

obsolescence_programmee

Un sujet un peu « sérieux » à notre ordre du jour ce mois-ci, avec la réflexion du secrétaire d’état à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, pour la mise en place d’un indice de durée de vie : cet indice ressemblerait à l’étiquette-énergie et attribuerait aux produits électroniques et électroménagers une note allant de un à dix en fonction de divers critères, comme la robustesse ou la «réparabilité» du produit par exemple. Il existe par ailleurs une loi de juillet 2015 punissant l’obsolescence programmée, désormais considérée comme un délit.

obsolescence_programmée

Qu’est-ce que l’obsolescence programmée ?

Pour la petite histoire, l’obsolescence programmée a été défendue pour la première fois en 1932 par l’américain Bernard London qui voyait dans une obsolescence légalement obligatoire un moyen de régler la crise économique de l’époque. La pratique s’est finalement généralisée dans les années 1950, notamment à travers les travaux du designer industriel Brooks Stevens qui a introduit la notion de mode pour les objets du quotidien. Les mécanismes impliqués dans cette obsolescence des objets peuvent être techniques (réparabilité, compatibilité avec les avancées technologiques) mais également de l’ordre du psychologique lorsque le consommateur est poussé à acheter un nouveau produit alors que l’ancien fonctionne encore.

« C’est inculquer à l’acheteur le désir de posséder quelque chose d’un peu plus récent, un peu meilleur et un peu plus tôt que ce qui est nécessaire » Brooks Stevens, designer industriel américain, 1954.

 

Obsolescence programmée & enjeux environnementaux

Toutefois, alors que les modèles de téléphones et de télévisions se succèdent, les déchets s’accumulent et les ressources naturelles s’amenuisent. Avec les fortes problématiques environnementales et économiques qu’elles posent, les stratégies de croissance des industriels fondées sur une surconsommation sont aujourd’hui fortement remises en cause car elles posent de fortes problématiques environnementales et économiques.

obsolescence_programmee_environnement

Quel constat pour nos produits du quotidien ?

Selon une étude de l’UFC-Que Choisir, la durée de vie moyenne des appareils électroménagers oscillerait entre six et neuf ans aujourd’hui, au lieu de dix à douze ans auparavant. Les produits sont devenus toujours plus performants mais également moins résistants. Or, durable et réparable vont de pair. En France, chaque année, ce sont près de 40 millions de biens qui tombent en panne et ne sont pas réparés … Avec cet autre pourcentage inquiétant, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) datant de 2015, indique que dans 60% des pannes, le consommateur n’essaye pas de faire réparer son produit et il ne fait jamais réparer si le coût est supérieur à 30% du prix du neuf. Pouvoir réparer soi-même dans le cas de pannes bénignes ou s’adresser à un réparateur indépendant est donc essentiel.

obsolescence_programmée_reparation

PRETI France s’engage contre l’obsolescence programmée

Chez PRETI France, la garantie contractuelle est de 10 ans sur la matière, et de 2 ans sur les pièces. Une garantie complète pièces et main d’œuvre est applicable la première année. Toutes les pièces sont disponibles sur stock et font l’objet d’un suivi régulier. Le montage des systèmes balnéo est réalisé de façon telle que vous pouvez dans la plupart des cas procéder par vous-même au remplacement des pièces défectueuses. Un technicien est à votre écoute chaque jour de la semaine.

obsolescence_baignoire_balneo

En conclusion, l’obsolescence programmée ne fait pas partie du vocabulaire PRETI France : certains de nos clients reviennent vers nous après plus de 15 ou 20 ans et d’autres n’hésitent pas à emmener leur baignoire balnéo lorsqu’ils déménagent !

baignoire_balneo_preti_france